Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Suga Shikao - ALL SINGLES BEST

En nos contrées, bien peu sont ceux qui connaissent et reconnaissent le nom de Suga Shikao, alors qu'il est l'auteur de nombreux succès. Certains l'auront peut-être découvert grâce au film de XXX Holic dont il signe le thème principal, via une insert song pour le drama de Death Note, Manatsu no Yoru no Yume, ou via ses compositions pour des groupes populaires (Yozora no mukou de SMAP ou REAL FACE de KAT-TUN ont été des succès). Après avoir délaissé son job dans la pub, Suga Shikao commence la musique en professionnel en 1997. Il a 30 ans alors que les chanteurs de l'époque en ont rarement plus de 20. Son style et son talent sont rapidement couronnés de succès et il a suffisamment de maturité pour sortir régulièrement des singles et des albums finement travaillés, contrairement à une bonne part de la production grand public japonaise, souvent bâclée pour des questions de rentabilité. Après dix ans de travaux, un double CD best-of permet de faire le point.

Il y a quelque chose de jouissif et de particulièrement émouvant (au sens premier : "mettre en mouvement") dans la musique et la voix de Suga Shikao, quelque chose de chaud, de funky qui vous transcende immédiatement, grâce à des morceaux qui renvoient aux racines de la musique moderne. Un rythme envoûtant vous emporte dans l'inconscient de la musique elle-même avec ses sonorités originelles, ses instruments qui sonnent si vrai, une voix légère mais un peu éraflée par le temps pour lui donner toute son authenticité, et des chorus à l'emphase toute gospellienne, dans leur vocation la plus pieuse, qui donnent de l'ampleur aux passages choisis d'un titre. Suga Shikao c'est l'essence même de la musique pop, rock, blues et folk, celle qui a été héritée de la magie pop des landes irlandaises, du rythme et de l'âme des déracinés de l'Afrique noire, du rock brut élevé sur les pavés des streets anglaises, et de cette touche poétique particulière à la contemplation japonaise. Il n'existe pas de superlatif assez fort pour décrire le plaisir que peut procurer un providentiel best-of, mais tentons...

26 chansons remasterisées pour 2 CD ! Au total, près de deux heures de bonheur en musique. ALL SINGLES BEST reprend de façon anté-chronologique les -meilleurs mais c'est un pléonasme- singles de Suga Shikao, et commence donc par ses derniers succès sur le premier disque. Gogo no parade (septembre 2006) nous emporte dans un tourbillon de funk avec sa rythmique parfaite et ses envolées de violons qui supportent brillamment la voix chaude de Shikao, sans oublier une basse discrète mais ultimement funky. Manatsu no yoru no Yume (juin 2006) est une superbe ballade folk acoustique qui se termine simplement mais magnifiquement, avant de laisser place aux titres plus pop, utilisés pour illustrer des adaptations de manga. 19Sai (avril 2006), Kiseki ou Sanagi (août 2005) ne laisseront cependant pas le goût d'une production pop habituelle (ou telle que l’on pourrait s’en faire une représentation). Tous les morceaux de Suga Shikao sont tous très finement et habilement travaillés. Un travail d'orfèvre qui donne une unité remarquable et appréciable à un ensemble de chansons, avec leurs sonorités particulières, leurs rythmes funky ou folk, sans que l'on tombe toutefois dans l'impression désagréable de répétition et de morceau continue. On continue de remonter le courant des productions de Shikao en surfant sur la pop de Climax (août 2004) avec son refrain si enthousiasmant, et Cloudy (janvier 2001) qui empruntent beaucoup moins au funk et la soul que des titres comme Hikari no Kawa (octobre 2004), Himitsu (mai 2004), Asymmetry (mai 2002) ou Sayonara (fevrier 2002), avec leurs rythmes lancinants et moites des années 70, une basse ultra présente, leurs cuivres ou l'utilisation si particulières des synthés. Sur ce premier CD, on remarquera les ovnis Natsukage (août 2005), une magnifique ballade apparemment simple mais d'une efficacité redoutable, et Aozora (janvier 2002), une piste mid-tempo qui utilise des percussions particulières, type marimba et maracas, avec ce résultat planant de mélange des genres. Toujours on retrouve cette voix chaude, terriblement sensuelle, à peine rauque, qui assure tous les lyrics et rassure les oreilles sans en faire des tonnes. La simplicité feinte cache un perfectionnisme traumatique pour des résultats au delà de toute espérance.

Le CD 2 s'ouvre sur certainement l'un des meilleurs morceaux de Sugao Shikao, Yozora no Mukou, qu'il a écrit pour SMAP. En 2000, il nous offrait déjà une première version très personnelle de cette chanson sur son album Sugarless, mais il signe ici une réintrumentalisation totale qui fait la part belle à la voix si particulière de Shikao, pour un moment de pur extase acoustique qui frise le génie. Yozora no mukou nouvelle mouture est simplement magnifique. 8Gatsu no Serenade (août 2001) perpétue ce moment magique avec cette ballade douce qui se repose sur des accords de guitare acoustique, avant d'introduire, aussi surprenant que cela puisse être, un synthé aux accents 70’s et le piano d'une boîte de jazz. Une alliance étonnante, originale et originelle du jazz, du funk et de la pop qui fait oublier absolument tout le reste.
Après ces deux titres, on replonge lentement mais agréablement dans l'extatique bain de jouvence musical qui mêle avec brio toutes les influences nord américaines. Parmi les titres lascifs de la soul, on notera le magnifique Amai Kajitsu (août 1999), ses percussions à faire dodeliner, son refrain emphatique et sa guitare qui gently weeps un court mais génial instant. AFFAIR (octobre 2000) brille grâce à l'utilisation d'un harmonica là où on s'y attend le moins, puis Bokutachi no hibi (octobre 1998) et Ai ni Tsuite (novembre 1997) traînent légèrement des pieds… et des mains sur un orgue typiquement soul. Les rythmes discos du funk sont quant à eux bien représentés avec des titres comme SPIRIT (août 2000, avec ces "hoo hoo yeah" féminins, sa basse si reconnaissable et les poin-poin d'une guitare électrique), le joyeux Yokae Mae (juin 1999) et Ougon no Tsuki (mai 1997). A côté de cette flopée de morceaux tous aussi bons les uns que les autres, on découvre Story (mai 1998) qui flirte du côté de la pop rock avec sa ligne de basse qui rappelle INXS ou U2 (respectivement Suicide Blond et Desire) avant de s'enfoncer du côté du funk, et Dokidoki shichau (juillet 2007), un titre aux accents beaucoup plus rock qui s'imprime de la bonne humeur funk lors du refrain. Déroutant.
Ce second CD se termine tout d’abord par ce qui fut son premier single et premier succès, Hit chart ni kakenuro (février 1997, et qui se traduit à peu près par "Percez dans les charts !"), titre où prédomine déjà la basse, mais qui n'est certainement pas le meilleur de Suga Shikao. Enfin, Shunka Shuto, la seule piste inédite de l'album, est une ballade au piano. Celui-ci est seul lors du premier couplet avant d'être rejoint par une pléiade d'instruments. Shikao cède à la mode de la ballade, mais en mieux. Loin des gueuleuses, qui chantent sur un enregistrement ou des violons pour le côté ultra niais et romantique, Shikao orchestre ses chansons de manière bien moins téléphonée. C'est simplement bon.



Suga Shikao a quelque chose de commun avec Jamiroquaï : du funk modernisé, le côté disco-déjanté en moins et la précision quasi chirurgicale de l'arrangement en plus. Les influences de Suga Shikao sont pléthores et sa musique prend ses racines dans le funk, la soul, le rythm'n'blues des années 70 et la brit pop plus contemporaine. De ce fait, il est à des kilomètres de la production stéréotypée de la scène pop japonaise, celle qui fabrique des artistes de plus en plus mielleuses, flashy et superficielles. Sa musique est donc roots : simple et originelle, mais toujours délicate et travaillée. Chacun de ses titres renferment en eux une surprise (un instrument qui s'ajoute de façon impromptue, des chorus ou une rupture de rythme…) qui particularise chaque chanson et les rend si sublimement unique.
A peine sorti, ALL SINGLES BEST vient se placer directement à la seconde place des ventes d'album derrière HEART de Yuna Ito. ALL SINGLES BEST est certainement l'un des meilleurs albums qui sera donné d'écouter cette année. D'une maturité et d'une qualité exceptionnelle, c'est un album cool qui peut se passer en boucle par tous les temps ou toutes les occasions, avec des amis lors d'un dîner en musique d'ambiance, ou seul chez soi pour se détendre.

Wendy Roeltgen


Sortie : 24 janvier 2007
Référence : AUCK-18014/15
Site officiel du CD : www.office-augusta.com/allsinglesbest
Profil de Suga Shikao : www.bmgjapan.com/_artist/info.php?id=1359
Page MySpace de Suga Shikao : www.myspace.com/sugashikao

Tracklist CD 1 :
01 - Gogo no Parade
02 - Manatsu no Yoru no Yume
03 - 19-sai
04 - Kiseki
05 - Natsu Kage
06 - Sanagi ~Theme from xxxHOLiC the Movie~
07 - Hikari no Kawa
08 - Climax
09 - Himitsu
10 - Sayonara
11 - Asymmetry
12 - Aozora
13 - Cloudy

Tracklist CD 2 :
01 - Yozora no Mukou
02 - 8-gatsu no Serenade
03 - AFFAIR
04 - SPIRIT
05 - Amai Kajitsu
06 - Yoake Mae
07 - Bokutachi no Hibi
08 - Story
09 - Ai ni Tsuite
10 - Doki Doki Shichau
11 - Ougon no Tsuki
12 - Hit Chart o Kakenukero
13 - Shunka Shuto

>>> Acheter la version japonaise officielle de cet album chez notre partenaire YESASIA (environ 24 euros)

Photos officielles et jaquette © Office Augusta
Photos live lors du 57ème Kouhaku Utagassen © NHK
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême