Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

BoA - MADE IN TWENTY (20)

Il y a quelques années, ses producteurs coréens voyaient en elle le messie de la pop music asiatique, lui prédisant un avenir brillant au firmament du marché mondial. Il faut dire qu’à quinze ans, la petite BoA impressionnait par ses talents de chanteuse et de danseuse… sans oublier un charme assez irrésistible. Tout semblait donc lui être permis, mais quelques années plus tard et vingt bougies soufflées sur le gâteau, on retrouve la belle Coréenne enlisée dans le marché-clé d’Extrême-Orient : le Japon ultra-concurrentiel. Non seulement BoA ne parvient pas à en devenir la no.1, mais sa production s’appauvrit, tout comme ses capacités vocales diminuent dans les graves et son tonus disparaît lors des performances chorégraphiées. Son nouvel album MADE IN TWENTY (20), désappointant de désorganisation musicale, n’est qu’un amer constat de liquéfaction, indigne de ses ambitions passées.

L’écoute du CD laisse perplexe, on en ressort sans réel souvenir marquant, si ce n’est deux ou trois bons titres pop choupi kawaii et autant de ballades sympathiques déjà sortis en single. MADE IN TWENTY (20) rassemble en effet le meilleur de sa production 2006, qui se résume aux genres précités et plutôt correctement représentés, auxquels s’ajoutent de nombreuses créations R’n’B inédites… d’une qualité beaucoup moins recommandable. Après avoir fait le bilan de 2006, la production s’est-elle soudainement rendu compte de l’absence de hits symboliques du genre fétiche de BoA à ses débuts, au point d’en pondre toute une pelleté en urgence ? A moins qu’il ne s’agisse des chutes des années précédentes, sauvées de la corbeille et recyclées en douce… Il y a de quoi se poser la question ! Plus préoccupant pour la suite, BoA perd de l’aisance dans les graves à force de s’égosiller dans les aigus. La bonne nouvelle vient quant à elle de l’insipide DOTCH, présent sur le single KEY OF HEART et heureusement absent de ce CD ! Une sage décision. Enfin, exit les excursions rock, MADE IN TWENTY (20) se focalise sur trois genres : pop, ballade et R&B.



Pas la peine d’essayer de dégager de quelconques séquences dans ce disque, selon des rythmiques ou des thématiques, puisque les tracks sont livrées en pagaille, au point de se demander si l’on n’a pas lancé le CD en lecture aléatoire. Commençons par lister les meilleures chansons de l’album. Elles sont suffisamment nombreuses et plaisantes pour susciter l’envie occasionnelle d’une réécoute… à condition d’aimer les sucreries, car Lorie a trouvé en BoA sa maîtresse ! L’avantage de ne rien comprendre au japonais (peut-être le seul, d’ailleurs) est de ne pas subir les niaiseries des paroles. Nanairo no Ashita ~brand new beat~ et KEY OF HEART sont devenus des classiques du genre, plus pop et sautillants qu’Amazing Kiss. Les deux titres, séparés dans la tracklist, pétillent, illuminent l’album et se détachent réellement et positivement du lot. On pourrait leur adjoindre le fédérateur Gracious Days, lui aussi esseulé, vers la fin du disque. Côté ballades, on retient Winter Love et ses sonorités cristallines (dont l’effet se trouve brisé par un placement inopportun entre deux pistes mid-tempo, et dont une bonne version live clôt l’écoute pour les acquéreurs de la first press), OUR LOVE ~to my parents~ (avec son piano et la légèreté du chant, écrite par BoA), la douce et lyrique Your Color, et Candle Light. Ces quatre productions s’avèrent fort agréables, sans pour autant relever d’un quelconque génie.

Les presque deux tiers restants du CD ne soulèvent guère l’enthousiasme. Ses inédits R&B et urban renvoient au style qui a lancé BoA, particulièrement en Corée, mais dans des tons plus matures. Seule Lady Galaxy, dont la ressemblance avec My Humps de Black Eyed Peas est troublante, se distingue parmi ces chansons. Elle gagnerait encore davantage d’intérêt en live avec une bonne chorégraphie. Quant à Still, So Real, Prayer ou encore Revolution (au synthé binaire insupportable)… toutes n’attirent que l’ennui ; aucune ne possède le charisme malicieux ou l’énergie d’un LISTEN TO MY HEART, d’un ID;Peace B, ou la fougue kawaii d’un VALENTI (que no more make me sick tente ici d’approcher par son ambiance, en un peu plus soul, mais de façon décousue et maladroite). BoA ne parvient pas à proposer au Japon un équivalent à ses deux bombes R&B coréennes Spark et My Name, lesquelles commencent déjà à dater…



Au-delà des nombreuses pistes inintéressantes, la caractéristique de MADE IN TWENTY (20) qui fait définitivement passer l’album pour un mauvais plan, c’est ce profond sentiment de désordre. On passe ainsi sans logique d’un titre R&B bien gras à de la pop rose bonbon, puis à une jolie ballade sentimentale, aussitôt coupée par un nouveau morceau R&B bas de gamme. Question ambiance : zéro pointé. Début 2005, son BEST OF SOUL, compilation de plusieurs années de carrière, bénéficiait d’une homogénéité et d’une progression beaucoup plus agréables. C’est sûrement conscient des faiblesses de ce nouvel album qu’avex a décidé de lui adjoindre un DVD à la garniture compensatrice dans son édition limitée.

Dès son annonce, le DVD vidéo de MADE IN TWENTY (20) suscitait l’intérêt car, outre ses trois sympathiques clips correspondant grosso modo aux meilleurs titres de l’album (Nanairo no Ashita ~brand new beat~, KEY OF HEART et Winter Love), pas moins de dix chansons live remplissent la galette. Mission accomplie, le produit final séduit… en surprenant : l’accompagnement musical étonne avec ses subtiles teintes plus rétro, plus latino, plus exotiques que les versions studio. Contrairement aux habituels shows spectaculaires médiatisés, BoA ne court ni ne saute sur scène, elle chante tout simplement debout sur une petite estrade, entourée de quelques musiciens et danseurs, devant quelques milliers de spectateurs. Ceux qui ne jurent que par ses danses endiablées en seront pour leur frais (on les regrette, pourtant…). L’atmosphère est ici plus intimiste et chaleureuse que dans les salles géantes faisant traditionnellement l’objet de prises de vue pour des DVD live. La setlist du DVD privilégie les ambiances feutrées et les ballades, au détriment de toute musique trop remuante. Les boites à rythmes sont restées au vestiaire. Passée l’audacieuse surprise de cette atmosphère, le charme agit et on apprécie ces versions réorchestrées avec chorus de VALENTI, soundscape, make a secret (BoA ose enfin quelques pas sur ses talons aiguilles), ou la version piano/voix de Moon & Sunrise. Nanairo no Ashita ~brand new beat~, terni par des chœurs inappropriés, fait un peu tâche. Le DVD satisfait donc et rend l’édition limitée incontournable pour tout acheteur potentiel de MADE IN TWENTY (20), mais pose à nouveau un souci de cohérence avec le CD audio.



En sortant son cinquième album japonais début 2007, BoA évitait les fêtes de fin d’année surchargées en sorties. Mais avec un CD dépourvu de nouveauté intéressante, et surtout incroyablement désorganisé et disparate, la période d’accalmie qui a suivi Noël n’a pas fait de miracle et n’a donc pas permis à MADE IN TWENTY (20) de réaliser des ventes extraordinaires : un peu plus de 320.000 exemplaires, soit 100.000 de moins que son quatrième album OUTGROW. On ne sait plus où va la chanteuse, apparemment en roue libre, touchant un peu à tout sans stratégie de carrière précise. Elle se contente de sortir mécaniquement des produits à des dates convenues, pour aboutir à des albums sans cohérence qui, dans le cas de MADE IN TWENTY (20), noient les quelques bons singles de l’année dans un bazar musical, à grands renforts de titres transparents. Les petits défauts d’OUTGROW prennent ici des proportions inquiétantes. Il serait temps de demander à avex une petite pause, histoire que sa star se ressaisisse et reparte sur des bases saines, avec un vrai projet, de nouvelles ambitions, et que tout le staff ait assimilé le fait qu’un album ne doit pas être une vulgaire compilation de quatre ou cinq singles autonomes, complétés d’une demi-douzaine de brouillons récupérés au fond d’un tiroir ou composés à la va-vite, le tout jeté en vrac à la figure des consommateurs, même avec un bon DVD en "cadeau"...

Eric Oudelet


Sortie : 17 janvier 2007
Référence Limited Edition CD+DVD : AVCD-23153
Référence Regular Edition : AVCD-23154
Site officiel : www.avexnet.or.jp/boa

Tracklist CD :
01 - Lady Galaxy
02 - Nanairo no Ashita ~brand new beat~
03 - Winter Love
04 - STILL
05 - SO REAL
06 - KEY OF HEART
07 - OUR LOVE ~to my parents~
08 - no more make me sick
09 - Revolution-CODE 1986-1105 Feat.RAH-D
10 - Your Color
11 - Prayer
12 - Candle Lights
13 - Gracious Days
14 - LAST CHRISTMAS
15 - Winter Love (Live Ver.)*

Tracklist DVD :
01 - Nanairo no Ashita ~brand new beat~ (clip)
02 - KEY OF HEART (clip)
03 - Winter Love (clip)
04 - LISTEN TO MY HEART (BoA the LIVE)
05 - VALENTI (BoA the LIVE)
06 - soundscape (BoA the LIVE)
07 - Ain't no sunshine (BoA the LIVE)
08 - make a secret (BoA the LIVE)
09 - Moon & Sunrise (BoA the LIVE)
10 - Nanairo no Ashita ~brand new beat~
(BoA the LIVE)*
11 - Everlasting (BoA the LIVE)*
12 - Winter Love (BoA the LIVE)
13 - Meri kuri (BoA the LIVE)

* dans la first press uniquement

>>> Acheter l’édition officielle CD+DVD chez YESASIA (environ 26 euros)
>>> Acheter l’édition officielle simple CD chez YESASIA (environ 21 euros)

Visuels © avex
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême