Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Dio - distraught overlord - Byakuya ni Moyuru Hana

Dio - distraught overlord est un groupe visual kei indies récent. Malgré tout, ses membres réussissent un coup très fort : sortir leur premier maxi Byakuya ni Moyuru Hana simultanément au Japon et en Europe, une démarche originale qui démontre leur ambition. Sombre dans sa musique et son apparence, Dio n'oublie pas d'être mélodieux, aidé en cela par une certaine expérience. En effet, Erina, l'un des guitaristes, fut aussi celui de Sally et Chelsea. Byakuya ni Moyuru Hana, première production très soignée, s'apprécie et promet surtout de bonnes choses pour la suite.

Quel plaisir de découvrir un single au packaging aussi soigné : un boîtier noir cartonné de qualité, préalablement recouvert d'un fourreau de plastique transparent, et une typographie couleur or. On ouvre le tout pour y découvrir deux jolies galettes : le CD Byakuya ni Moyuru Hana,
incluant trois titres, et le DVD Setsuen no Shou, contenant deux clips mis en scène avec un petit film assurant le lien entre les deux. Pour parachever cette superbe édition, un petit livret contient les paroles des trois chansons ainsi que des photos des différents membres du groupe. Ce soin apporté au visuel nous promettait beaucoup pour son contenu musical, écoutons-le !



Le maxi single commence fort avec un premier titre très death metal, M. La batterie est très présente et les riffs de guitares endiablés. Un univers sombre prend forme, mais on ne peut pas dire que le chanteur Mikaru fasse preuve d'une maîtrise vocale exceptionnelle. Il pousse des cris plus qu'autre chose ; mais finalement, cela ne gêne pas tant que cela, au contraire : cela se justifie par l'ambiance même de la chanson, noire, décadente et torturée. M est plutôt courte (2 minutes 50) et constitue autant une bonne introduction qu'un bon défouloir avant Yukihana, une production au chant beaucoup moins ténébreux. En effet, ce deuxième titre calme le jeu par un chant clair et une musique plus rock. Nous découvrons ainsi une autre facette de Dio, plus mélodique. Qui dit mélodique ne dit pas forcément ennuyeux et léger, car les cinq musiciens maintiennent un rythme soutenu, notamment dans le jeu énergique des deux guitaristes. On a bien entendu droit à un petit solo de guitare, grand classique du genre et, chose moins attendue, à un ultime refrain en chorus catastrophique… Glass no umi, troisième titre déjà sorti sur un single distribué uniquement lors du tout premier live de Dio, comble de bonheur ceux qui n'avaient pas pu mettre la main sur le CD. Ce troisième morceau rappelle certains titres du groupe UnsraW et signe aussi un retour à une ambiance lourde. Mikaru alterne cette fois-ci entre un certain lyrisme et des cris torturés sortant du fond de ses tripes. On a une impression de dualité ; une dualité dans le chant, et une dualité dans la mélodie qui passe successivement d'un rythme heavy à un rythme plus posé. Glass no umi est en quelque sorte la synthèse des précédents titres, et clôture donc parfaitement ce premier maxi single.



Le DVD aurait très bien pu banalement enchaîner deux clips mais il n'en est rien. Une sorte de court-métrage sert de fil conducteur au DVD, introduit par une voix off angoissante (en anglais) et omniprésente. Nous trouvons Mikaru enchaîné au mur d'un caveau. Il parvient à se libérer de ses liens et s'enfuit avec un grand drap sur le dos, traînant ses chaînes. Sans réel lien logique, le film présente ensuite tour à tour les membres du groupe, adepte du nail art, au look plus ou moins androgyne, dans les vêtements et le décor de Yukihana. Très bonne transition pour lancer le vidéo clip correspondant, dont la réalisation reste très classique et non scénarisée. Le montage simple débute par divers plans sur les musiciens qui gesticulent avec leurs instruments autour d'un chanteur maître dans l'art du parapara visualesque, avant de s'aventurer dans une obscurité enneigée. A la fin du clip, retour dans l'univers angoissant du film. Le chanteur erre maintenant sur une plage (avec pour "cadre exotique" des grues à la place des palmiers, et ce qui ressemble à une zone industrielle…), et finit par trouver une épée tombée du ciel. Il l'extrait du sable tel Arthur sortant Excalibur de son rocher et la brandit vers le ciel zébré d'éclairs "After Effects". Les effets spéciaux sont dignes d'une série B, mais on leur pardonne… Dio débute avec déjà la volonté et le mérite de proposer du contenu plus étoffé que la moyenne. Le clip de Glass no umi commence alors immédiatement dans une ambiance infernale sombre et glauque, à la lumière des flammes. Alors que le blanc dominait dans Yukihana, tous les membres de Dio sont vêtus de costumes noirs sophistiqués. Encore une fois, le clip est bien ficelé, mais sans originalité et sans histoire. La voix off conclut ces quinze minutes de bonus, suivie des crédits avec pour fond musical M.



Cette première réalisation fort prometteuse de Dio - distraught overlord mérite l'attention de tous les amateurs de visual kei, et de tous les fans des anciens groupes d'Erina. On ressent en effet vraiment sa patte à chaque morceau, ce qui est finalement logique puisqu'il en est le principal compositeur. Quant au DVD, le film lui-même n'a que peu d'intérêt malgré les bonnes intentions : ce n'est qu'un petit plus pour éviter d'enchaîner brutalement les deux vidéos promotionnelles, sympathiques mais pas extraordinaires. En tout cas, les amateurs de rock indies dark, lourd et parfois enragé sont prévenus, il est quasi certain que d'ici quelques années Dio devienne une valeur sûr du milieu underground, au même titre qu'UnsraW qui se bâtit une solide réputation dans le même domaine musical et visuel. Avis aux amateurs de ce nouveau souffle death metal dans le milieu du visual kei.

Julie Carvalho


Sortie :
9 décembre 2006
Référence : MISC-0001
Site officiel : www.dio-0514.com

Tracklist CD :
01 - M
02 - Yukihana
03 - Glass no umi

Tracklist DVD :
01 - Yukihana (clip)
02 - Glass no umi (clip)

Visuels © Dio - distraught overlord

Remerciements : J-Music Distribution
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême