Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

PUFFY - Hit & Fun

Si l’on y regarde de plus près, Ami et Yumi ont toujours été en marge des modes appliquées au monde de la Jpop, mais elles ont également toujours réussi à figurer parmi les icônes de ce milieu. Elles le doivent en partie à leur humour et leur charisme, autant qu’à leur niveau d’exigence et un travail acharné pour y parvenir. Alors que Koda Kumi nous inonde d’un best-of par an, au lieu de trois ans en moyenne, le duo PUFFY a attendu sept ans pour sortir Hit & Fun, son second best-of (si on exclut An Illustrated History réservé au marché américain, à l’occasion de leur début au pays de l’oncle Sam) après The very best of PUFFY -amiyumi jet fever- sorti en 2000.

Une petite piqûre de rappel pour ceux qui ne les découvriraient que maintenant : PUFFY, c’est l’alliance aussi farfelue que gagnante de Ami Oonuki (33 ans), songs writer, et Yumi Yoshimura (32 ans), vocaliste, ayant toutes deux frappé à la même bonne porte chez Sony. Leur ressemblance, autant sur le plan vocal que physique, retient l’attention d’un producteur qui les colle ensemble sous la houlette de Tamio Okuda, forte tête de la Jpop au début des années 90. Alors qu’elles ne savent ni danser ni se tenir correctement, elles imposent un style qui leur est propre, à mi-chemin entre le kawaii et le punk, qui fait des ravages parmi les artistes, notamment masculins de la même époque, puisque Ami et Yumi ont certainement été les serial loveuses les plus proactives de la période 1996-1999 avant de s’assagir - mais pas trop quand même. Ami et Yumi ont su imposer leurs délires au monde entier (Canada, USA) avec toujours autant de succès et ce malgré les modes et les années qui passent. À croire que le temps n’a pas de prise sur elles !… Est-ce l’alcool ou le thé vert qui conserve ?

Premier coup d’œil à la jaquette, rien à dire, elles sont toujours aussi belles et paraissent tout d’un coup plus sages, moins gamines, mais c’est sans avoir pris le temps de détailler les milles et unes petites finesses du ciselage de ce gros cœur noir ! PUFFY est certes devenu un groupe plus mature, qui assume gaiement sa trentaine, mais qui se devait d’afficher un certain sérieux. Second coup d’œil à la tracklist : vingt titres pour un seul CD, pour sur, on ne sera pas volé, surtout qu’il contient un inédit, la dernière piste savamment intitulée Otomemorial (le mémorial du son –ôto- ou jeu de mot entre otome-la jeune fille- et memorial). Pour le reste, les fans de PUFFY peuvent être sereins, il ne s’agit que de bons titres, rocks et pêchus, à commencer par Tokyo I’m On My Way. Ce single post-tournée aux USA avait même réussi à séduire les non adeptes de la PUFFY attitude, grâce à son rythme enlevé, ses riffs de guitares enjoués et les voix accordées d’Ami et Yumi qui s’offraient quelques duos et secondes voix sympathiques. On en revient ensuite aux années 2000 avec Umi e to, titre saturé de guitare à l’époque où Ami et Yumi avaient commencé à délaisser la pop pour le rock, et les délires acidulés pour des scènes live et un clip en noir en blanc. Pour se rendre compte de l’évolution, Nagisa ni matsuwaru etc. vient nous rappeler ce que l’on a toujours aimé chez PUFFY : cette propension à faire du neuf avec du vieux, à illustrer de manière savoureusement drôle l’amitié et les vacances, et à chanter des débilités avec la même désinvolture. Allons manger du crabe !



Hit & Fun alterne titres récents, titres de la période 2000-2002 et leurs débuts aux Etats-Unis, et les tubes cultes qui ont fait leur succès. On retrouve donc HiHi, le générique rock college de leur dessin animé (sur Cartoon Network), puis le petit dernier Ataraku Otoko toujours aussi saturé en guitare alors que s’aventure un synthé lors du refrain. On revient ensuite quelques années en arrière avec le très bon Akai Blanco. Il est d’ailleurs assez sympa de retrouver la version originale de ce titre qui a sa version anglophone avec PLANET TOKYO. On appréciera dans cet enchaînement démonstratif la véritable évolution vocale du duo. Moins de chants nasillards, plus de maturité et des vraies secondes voix facilitées par leur ressemblance et la complicité d’Ami et Yumi. On se rend compte des lieues qui séparent le sérieux Akai Blanco et le gentil délire rock à Billy de Circuit no Musume, au clip mémorable où Ami et Yumi font une course de scooter en prenant soin d’éviter un bestiaire qui va du pingouin au raton laveur.

Toutes ces fantasmagories hallucinatoires et cette bonne humeur dégoulinante de bons mots sont résumées dans le très rock PUFFY no rule. Car la PUFFY attitude, c’est tout une doctrine, un chemin de vie, comme elles le chantaient déjà en 1996 avec Kore ga atashitachi no ikiru michi, au son baba cool d’un harmonica, d’un tambourin et d’un guitare à la Beatles, avant de le rappeler une dernière fois avec le sympathique Tomodachi, hymne à l’amitié qui reprend sa trame musicale au funky You can’t hurry love, de Diana Ross (ou Phil Collins, ça dépend de vos références musicales).

Retour aux années 2006 avec Mogura like, une énième perversion musicale où les PUFFY miment des taupes sur un rythme rock enlevé. Mais arrivé à ce stade du CD, même ceux qui ne connaissent pas PUFFY ne trouveront plus si dérangeant que cela le grand écart impressionnant auquel le duo se livre entre contenu (parole) et contenant (musique). D’ailleurs les paroles de PUFFY sont souvent hermétiques à bien des auditeurs, et elles continuent pourtant d’explorer les possibilités que leur offre la diversité des genres. Ainsi on est à moitié surpris de retrouver Boogie Woogie n°5, titre qui se passe d’explication, juste avant leur générique anglais pour le dessin animé TEEN TITANS THEME et Hito ni yasashiku, morceau que l’on avait presque oublié sur leur album The Hit Parade, perdu au milieu de pistes cultissimes. Le revival c'est aussi Ai no shirushi, ses tambours et ses guitares old school, alors que Ami et Yumi s’égosillent gentiment sur les refrains, ce qu’elles faisaient toujours aussi bien sur Invisible Tomorrow, qui fait suite. De la même façon qu’elles avaient choisi de faire figurer Akai Blanco plutôt que PLANET TOKYO, elles préfèrent le japonais Invisible Tomorrow à Friends Forever (B.O. de Scoobidoo 2 et le single HiHi) et So Long Zero (sur l’album 59), toutes deux chantées en anglais.



Le CD poursuit d’égrener les titres neufs (un bon petit ska sans prétention avec Hazumu Rizumu) et rétro (le plus que pop Tararan aux effets de voix étouffées) avant de finir en point d’orgue sur leur premier single Asia no junshin. Comment aurait-on pu oublier cette chanson qui avait propulsé PUFFY au premier rang des noms de la Jpop ? D’un premier abord simpliste et repompant les poncifs du genre, Tamio Okuda et PUFFY avaient réussi à faire de Asia no Junshin un titre culte, grâce à cette bonne humeur légendaire et des arrangements certes convenus mais non dénués de finesse. Pour otomemorial, Ami et Yumi retrouvent leurs petites voix typiquement japonaises, sans brailler à vous en casser les tympans, sur un rythme de powerpop qui fait la part belle à des guitares sensibles, et une batterie légère. L’alliance réussie de la pop-rock qu’on avait toujours aimé chez PUFFY et de la maturité.

Hit & Fun, c’est comme le Port Salut, c’est marqué dessus. Point de titre enjôleur ou trompeur sur la marchandise, c’est juste une compilation des hits des deux folles, toujours écrits et chantés avec beaucoup de fun, pour elles comme pour nous. D'une part ce best of est fait par et pour les fans de PUFFY qui étaient amenés à s'exprimer sur leurs vingt titres favoris. Bien sûr, on regrettera le ska délirant de K2G- kimi ni go-, le trip héroïnomane de PUFFY de rumba ou le folk halluciné d'un mother. Mais vous savez quoi : on aime ! Parce que PUFFY c’est l’essence même de la Jpop, avec ses mélodies simplistes, ses petites voix japonisantes et la pléthore d’instruments qui jouent à se cacher dans les morceaux. Mais aussi parce que Ami et Yumi ont leur propre univers et qu’a défaut d’être des artistes, ce sont des chanteuses qui nous amusent et des clowns qui font de l’excellente powerpop !

Wendy Roeltgen


Sortie : 14 février 2007
Référence Limited Edition (2CD) :
KSCL-1097
Référence Regular Edition : KSCL-1099
Site officiel : www.sonymusic.co.jp/puffy

Tracklist CD :
01 - Tokyo I’m On My Way
02 - Umi eto
03 - nagisa ni matsuwaru etc.
04 - HiHi
05 - Ataraku otoko
06 - akai blanco
07 - Circuit no musume
08 - PUFFY no rule
09 - kore ga atashi no ikiru michi
10 - Tomodachi
11 - Mogura like
12 - Boogie Woogie n°5
13 - Teens Titans theme
14 - hito ni yasashiku
15 - Ai no shirushi
16 - Invisible Tomorrow
17 - Hazumu Rythm
18 - Tararan
19 - Asia no junshin
20 - Otomemorial

Tracklist mini-CD (édition limitée uniquement) :
01 - Call Me What You Like (If You Like Rock’n’roll)
02 - Go Baby Power Now
03 - Teens Titans Theme ~POLYSICS' CR-06 MIX~
04 - Basket Case

>>> Acheter l’édition limitée CD+DVD officielle chez YESASIA (environ 24 euros)
>>> Acheter l’édition standard officielle chez YESASIA (environ 21 euros)

Visuels © Kioon Records Inc.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême