Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Dio - distraught overlord - Byakuya ni Moyuru Hana~Shi to byoudou no tsumi no naka de~

Après le premier single Byakuya ni Moyuru Hana et avant la bonne surprise de leur concert à JAPAN EXPO 2007, le groupe de visual kei Dio - distraught overlord a sorti en mai dernier son second maxi single : Byakuya ni Moyuru Hana~Shi to byoudou no tsumi no naka de~, toujours distribué en Europe par J-Music Distribution. Leur univers visuel et l'ambiance lourde de leurs compositions avaient déjà attiré notre attention, nous espérions donc une confirmation musicale, au moins à la hauteur du premier opus.

Premier constat : le packaging est toujours aussi soigné, très proche du précédent puisque seule la couleur du boîtier cartonné change. Cette fois-ci, le single commence par une courte intro de 58 secondes mêlant orages, tambours et chœurs féminins, créant un effet de résonance quasi mystique. Puis Dio nous replonge dans les ténèbres qui caractérisaient Byakuya ni Moyuru Hana avec Fuzai to iu genjitsue, qui s'ouvre avec un son de basse très vite rejoint par une batterie très lourde. Ici, des cris bestiaux et un chant plus mélodieux s'alternent, le tout porté par l'efficacité des percussions, notamment avec le rythme très heavy qu'elles arrivent à imposer dans les parties instrumentales. Fuzai to iu genjitsue se rapproche fortement des productions de D'espairsRay par l'ambiance et l'énergie qui s'en dégagent, mikaru ayant de plus une voix grave assez semblable à celle d'Hizumi.



Last dance, deuxième chanson, annonce une atmosphère plus calme avec un piano à la mélodie douce. Malgré tout, Dio produit pas pour autant une ballade sirupeuse. Nous sommes plutôt convaincus par les changements de tempo et par le joli solo de guitare -quoique classique- pour un morceau qui oscille entre une certaine tranquillité dans les couplets et des refrains plus vifs. Une ballade rock énergique, en somme.
Pour relancer la machine, GOD forsaken ~Boku wa kimi no kikazatta karada kyouyuu suru sekai no rinjin nado de wa nai~ (les Japonais sont doués pour pondre des titres à rallonge) mise sur du lourd, notamment par la forte présence de la basse et des guitares au son très incisif. Comparé à Fuzai to iu genjitsue, si le jeu du batteur séduit moins et si le rendu se fait un peu plus clair, le tout reste aussi agressif, les hurlements du chanteur en moins ; et c'est tant mieux car mikaru en profite pour démontrer l'étendue de sa voix grave et puissante. Une chanson qui sait donc rester mélodieuse et entraînante malgré la masse sonore dégagée. Certainement la meilleure piste de ce maxi, GOD forsaken joue intelligemment sur les contrastes avec quelques moments de d'accalmie pour mieux reprendre sur un rythme plus soutenu, et aboutir à une fin puissante et agressive comparable à ses premières mesures.

Rappelez-vous, le premier maxi-single de Dio sorti en décembre 2006 comprenait un DVD vidéo rassemblant deux clips, le tout semblant former une petite histoire pas forcément compréhensible (et à la mise en scène un tantinet ridicule, il faut bien l'avouer)… Sur le même modèle, Byakuya ni Moyuru Hana~Shi to byoudou no tsumi no naka de~ est livré avec un DVD qui s'avère en être la suite, avec trois clips cette fois, ce qui permet d'apprécier plus longuement le visuel travaillé et les costumes du groupe, représentatif d'un genre commercialement en perdition au Japon. Si l'on retrouve le chanteur mikaru avec son épée, personnage central de ce court métrage plein de mystères et de références occultes, les rôles des autres membres ont gagné un peu plus d'ampleur, permettant au passage de mieux comprendre le scénario. On remarquera sans s'enflammer que les lieux se diversifient et que la réalisation gagne en soin et en cohérence. Récapitulons brièvement : dans l'ordre, nous avons le clip de last dance tourné dans un décor très baroque, puis celui de GOD forsaken (très proche de la réalisation de Glass no umi, avec la présence récurrente de flammes et un décor en ruine. GOD forsaken raconte une histoire, permettant ainsi de mieux faire le lien avec ce qui précède et de développer les liens entre les personnages. Le DVD se clôture sur un denier PV : Fuzai to iu genjitsue, qui apparaît en même temps que le générique. Aucune narration pour cette ultime vidéo, avec un mikaru au look des plus glauques, enroulé dans ses bandelettes tachées de sang lui donnant un air de momie ensanglantée. Pour la suite et fin de cette inoubliable épopée (sic), rendez-vous sur le prochain maxi-single, déjà annoncé par Dio lors de notre
interview.



Dio - distraught Overlord n'a pas déçu avec cette deuxième sortie, faisant même mieux que Byakuya ni Moyuru Hana avec un single plus structuré et des chansons se distinguant les unes des autres. Un petit groupe vraiment étonnant même s'ils n'innovent pas forcément : il parviennent à se démarquer sur la scène visual actuelle avec un son plus puissant (le chant au timbre grave y est pour beaucoup) et en continuant de jouer sur une forte imagerie -parfois efféminée- progressivement abandonnée par nombre de leurs confrères. Si vous les avez loupés en
concert à la huitième édition du festival JAPAN EXPO, vous pourrez quand même vous faire une petite idée de leur jeu de scène avec la sortie de leur tout premier DVD live le 8 août 2007, lui aussi distribué par J-Music Distribution en Europe. Reste une question qui brûle les lèvres de leurs premiers fans : à quand un album complet ? Peut-être après la série des trois premiers maxi…

Julie Carvalho


Sortie japonaise et européenne : 9 mai 2007
Référence : MISC-0002
Site officiel :
www.dio-0514.com

Tracklist CD :
01 - prayer
02 - Fuzai to iu genjitsue

03 - last dance
04 -
GOD forsaken ~Boku wa kimi no kikazatta karada kyouyuu suru sekai no rinjin nado de wa nai~

Visuels © JDC / Red List Entertainment

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême